Répondre à

vos questions

SIMULEZ LE COÛT
DES OBSÈQUES

ÉTABLIR UN DEVIS

VOUS VOUS SENTEZ
DÉSORIENTÉ ?

LAISSEZ VOS COORDONNEES

ÊTRE ACCOMPAGNÉ
triangle-bleu

Thanatopraxie et soins de conservation : qu’est-ce c’est ?

Qu’est-ce que la thanatopraxie ?

La thanatopraxie, est la pratique impliquant « des actes invasifs post mortem ayant pour objectif de suspendre pour une durée limitée le processus de décomposition du corps » (source Afit)

Ainsi les soins de conservation ont pour but de retarder les effets résultants du mécanisme naturel du corps. 

Cet acte est différent de la toilette mortuaire. La toilette est le nettoyage simple du corps. Elle implique également la suture des orifices. En revanche, les soins de conservation, (également appelés embaumement, embalment en anglais), représentent une intervention plus proche de la chirurgie. Le soin implique l’utilisation de produits chimiques (tels que le formol), afin d’endiguer ce processus de dégradation du corps. 

Les soins de conservation : en quoi consistent ils vraiment ?

Le thanatopracteur réalise des soins de conservation. Ce dernier est le seul habilité à pratiquer ces soins. Le thanatopracteur commence par effectuer la toilette du corps. Puis, il s’assure que le défunt n’était pas porteur d’une prothèse électronique ou d’un stimulateur à pile (pacemaker). En revanche, il est obligatoire de procéder au retrait, pour des raisons pratiques. 

Une pratique réglementée.

Légalement, seuls un médecin ou un thanatopracteur procèdent au retrait de ces prothèses au moment des soins. Prenons le cas où une famille ne souhaitant qu’une simple toilette mortuaire, où il s’avèrerait que le défunt soit porteur d’un pacemaker. L’intervention d’un thanatopracteur serait alors requise pour procéder au retrait. C’est une disposition obligatoire, encadrée par le Code Général des Collectivités Territoriales. Il est obligatoire pour le praticien de déclarer auprès de la mairie où les soins seront effectués ledit retrait de prothèse.
Le soin à proprement parler est le retrait de tout liquide physiologique, puis à l’injection par voie artérielle de différentes solutions. Généralement, le produit est formolé. Il permet une meilleure conservation des tissus.

Le résultat est temporaire, mais essentiel au moment de la présentation à cercueil ouvert.

Une fois le soin de conservation réalisé, le thanatopracteur s’attachera alors à rendre au défunt une apparence apaisée, et apaisante pour ses proches. Il vêtira le défunt avec les habits choisis par la famille pour sa présentation le jour des obsèques, et réalisera un maquillage léger et naturel.
Afin de rendre au disparu une apparence qui soit au plus proche du souvenir qu’en ont famille et amis, le thanatopracteur peut s’aider de photos fournies par ces derniers pour réaliser la coiffure ou le maquillage … Ou encore utiliser les propres produits cosmétiques du défunt (par exemple le rouge à lèvres d’une teinte bien particulière).

Le soin est-il obligatoire ?

La réalisation de soins de conservation n’est pas obligatoire en France, à quelques exceptions près. Par exemple, dans un cas de transport à longue distance. Par exemple, pour des rapatriements à l’étranger. Certains pays imposent les soins. Dans d’autres cas, le soin est interdit. Par exemple, le défunt était atteint d’infections transmissibles. Aucune intervention n’est autorisée. D’autre part, certaines religions ne tolèrent aucune atteinte à l’intégrité du corps. Ainsi, certains cultes interdisent formellement la pratique des soins de conservation. 

Dans quels cas peut-il être recommandé de pratiquer des soins de conservation ?

Les raisons  sont nombreuses. Par exemple, la volonté de voir la personne décédée, apaisée. Les soins de conservation se font rarement à domicile. Un transfert au funérarium est recommandé. Les funérariums disposent de salons techniques. On réalise l’admission, le thanatopracteur intervient. Dans le cas de décès en lien avec les maladies, le soin peut être intéressant. Pour redonner un aspect plus digne à la personne décédée. L’injection des produits chimiques marquent le corps. Ainsi, le soin est une possibilité. 

Existe-t-il d’autres méthodes de conservation ?

Dans le passé, les familles gardaient à domicile leurs proches décédés. Cette possibilité existe encore, chez certaines communautés. Cependant, la législation rend le soin difficile à domicile. C’est pourquoi nous conseillons aux familles un transfert vers un funérarium. L’autre alternative aux soins est la glace carbonique. Attention, cette disposition se raréfie. Des morceaux de cette glace carbonique, dite carboglace ou glace sèche, sont apposés contre le défunt et permettent de descendre la température corporelle aux alentours de -78°. Dans le cadre d’un maintien du défunt à domicile, ce procédé peut convenir, bien qu’il soit nécessaire de renouveler la glace très fréquemment. La législation est particulièrement stricte concernant les soins de conservation à domicile. Souvent, les domiciles ne répondent pas aux critères imposés. Pièce assez grande, fenêtres larges … Le funérarium ou la chambre mortuaire de l’hôpital restent les endroits les plus appropriés pour réaliser des soins, dans les meilleures conditions.
Par ailleurs, le soin permet des visites plus fréquentes. Vous pouvez demander un salon permanent, par exemple. Dans de telles dispositions, le soin s’avère systématique, pour des raisons d’hygiène.

Un bref récapitulatif …

Les soins de conservation ne sont pas définitifs. Le but d’un soin est strictement hygiénique et esthétique. Personne ne peut garantir un résultat à la hauteur des espérances de la famille. En revanche, le soin est recommandé dans le cas de maladies. Le personnel de l’hôpital ou du funérarium est en mesure de prévenir les pompes funèbres. Aussi bien, le conseiller funéraire conseillera vivement la famille d’opter pour un soin. Quel que soit le lieu du décès. Par exemple, en EHPAD, hôpital ou à domicile. Dans tous les cas, le soin de conservation est un sujet important. Une toilette mortuaire est parfois suffisante. Le soin de conservations fait partie des prestations funéraires les plus communes. Certains contrats obsèques mentionnent le soin. Dans ce cas, le soin apparaît comme une volonté de la personne décédée. Une intervention rapide entraîne généralement de meilleurs résultats.

Au moment de l’organisation des obsèques, la famille se renseigne à ce sujet.

Votre conseiller explique pas à pas le déroulement des soins. Toutefois, le choix du soin est personnel. En pleine connaissance des volontés du défunt, nous vous invitons à formuler votre demande auprès d’un service de pompes funèbres compétent tel que REPOSEO.

Société de pompes funèbres habilitée par la Préfecture de Police

Simulez le coût de vos obsèques :

Besoin d'aide ?

Contactez-nous au :

09 70 19 04 04

EFFICACITÉ

“J’ai perdu ma mère, je ne souhaitais pas passer des heures avec plusieurs entreprises de Pompes Funèbres, ne pas m’y retrouver et devoir régler une facture exorbitante pour l’enterrement.”

Jacques

POMPES FUNÈBRES 3580€

REPOSEO 2769€