DEMANDEZ A ÊTRE
CONTACTE

Message correctement envoyé !

VOUS VOUS SENTEZ
DÉSORIENTÉ ?

ÊTRE ACCOMPAGNÉ



Le juste prix

pencil
pencil
pencil
pencil

Notre accompagnement

Les médias en parlent

Le Parisien
Top Santé
Le Figaro
lesechos
France 3
CNews (minute 39')
Le monde
Le Dauphiné
Le Dépêche du midi
RT France

Vos garanties

logo police
Société des pompes funèbres habilitée par la Préfecture de Police
logo cpfm
Confédération des Professionnels Funéraires et Marbriers
reposeo
Pompes Funèbres depuis 2004
18 mars 2020

Covid-19 / Coronavirus et pompes funèbres : ce qu’il faut savoir à aujourd’hui.

Que demander aux pompes funèbres dans le cas d’un décès du coronavirus / Covid 19 et comment organiser les obsèques ?

Pour faire face à la crise du Coronavirus/ Covid 19, le corps médical n’est pas le seul secteur mobilisé. Les pompes funèbres doivent également appliquer les mesures ordonnées par le Ministère de la Santé. La mission des pompes funèbres est sanitaire, et vise à protéger les vivants, avant tout.

Des changements importants

Bien avant la pandémie mondiale, les pompes funèbres respectaient déjà scrupuleusement les normes d’hygiène imposées par la législation. Mais la situation exceptionnelle que nous traversons exige des précautions tout aussi exceptionnelles, parmi lesquelles :

url https://www.reposeo.com/wp-content/uploads/2020/03/iStock-170559522-1024x681.jpg

La fermeture du cercueil (mise en bière) immédiatement après le décès d’un patient Coronavirus / Covid 19.

La fermeture du cercueil devra se faire impérativement immédiatement après le décès et l’autorisation de fermeture de cercueil par la Mairie. Il ne sera plus possible de maintenir le corps à domicile ou à l’hôpital.

Habituellement le défunt pouvait être maintenu à domicile avec des soins de conservation ou à l’hôpital de son décès si celui-ci disposait de chambre froide pour la conservation des corps et de salon de présentation aux familles. Egalement les défunts se trouvant dans les maisons de retraite (EPHAD)disposant des mêmes installations pouvaient y rester quelques jours. Dans le cas contraire, le défunt pouvait être transféré dans un funérarium qui disposait de chambre froide et de salon de présentation aux familles.

Désormais les corps des personnes décédées de coronavirus / Covid 19 ne peuvent être maintenus à domicile ou séjourner dans les chambres froides des hôpitaux ou des funérariums afin d’éviter les risques de contagion. Ils doivent être mise en bière immédiatement.

Cela signifie que les familles ne pourront donc pas voir le défunt dans le cercueil, au moment du recueillement.
Cependant, dans son avis du 24 mars 2020, le Haut Conseil à la Santé Publique, Le HCSP, tempère cette interdiction. Ainsi, il émet tout d’abord des recommandations générales sur les précautions à respecter et les équipements de protection nécessaires pour la prise en charge par les hôpitaux, et à domicile par les sociétés de pompes funèbres; il précise ensuite les conditions pour qu’un proche puisse voir le visage de la personne décédée : la housse dans lequel a été placé le défunt doit être ouverte de 6 à 10 cm pour que le visage puisse être vu; il autorise les rituels funéraires éventuels en chambre d’hospitalisation, en chambre mortuaire ou funéraire. Les toilettes (rituelles ou simples) sont également autorisées avec le matériel de protection adéquat (masque, lunettes, gants, tenue de protection…). Il maintient en revanche l’interdiction des soins de conservation (injection de substance chimique pour ralentir le processus naturel du corps), réalisés habituellement par les thanatopracteurs. Voir avis du HCSP ci-dessous.

Il y a cependant fort à parier que chaque hôpital ou EPHAD décidera de suivre l’avis du HCSP en fonction de la disponibilité et de la sécurité sanitaire de ses personnels, notamment. Il est donc très souhaitable de passer par votre société de pompes funèbres pour savoir exactement ce que tel ou tel hôpital ou EPHAD accepte.

url https://www.reposeo.com/wp-content/uploads/2020/03/Copie-de-iStock-1173005119.jpg

La limitation des cérémonies.

Une fois que le défunt décédé de coronavirus est placé dans un cercueil et que celui-ci est fermé (mise en bière), les seules contraintes qui s’appliquent sont celles du confinement, tout comme pour les personnes décédées de tout autre cause.
De ce fait les cérémonies habituelles en présence du cercueil fermé, qu’elles se passent dans les salles de cérémonies du funérarium, au crématorium, dans un lieu de culte, au cimetière, ou, de plus en plus rarement, à domicile, ces cérémonies seront limitées à la famille la plus proche (ascendants, descendants, conjoints), en nombre réduit, et ce pour quelques minutes.

Dans tous ces cas, le Premier Ministre a indiqué, le lundi 23 mars 2020, un nombre « maximum 20 personnes », entendant ainsi la douleur des familles, puisque, dans le début de la crise, un maximum de 10 personnes était habituellement recommandé.
Là encore, l’objectif de préservation des personnels prévaut. De ce fait, la Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL), Autorité de Tutelle des sociétés de pompes funèbres, crématoriums, chambres funéraires et des cimetières, a ainsi reconnu, le 20 mars dernier, aux sociétés de pompes funèbres, chambres funéraires, crématoriums et cimetières, le droit de prendre les mesures qu’elles jugent nécessaires pour préserver leur personnel.
la famille endeuillée devra donc se plier aux règles de sécurité décidées par l’établissement.
Ainsi la cérémonie se limitera, dans le meilleur des cas, à un simple « recueillement » et non plus à une cérémonie complète. Les crématoriums, chambres funéraires, lieux de culte, cimetières peuvent également refuser le public (cas de tous les cimetières, de très nombreuses églises et de la plupart des crématoriums à Paris et Proche Couronne). L’accès aux salons de convivialité des crématoriums et des funérariums, où les familles et les proches pouvaient se retrouver après les cérémonies, n’est plus autorisé.
Par ailleurs, les rapatriements des corps à l’étranger ne sont pas possibles puisque la plupart des vols sont annulés et que les proches ne peuvent voyager à l’étranger.

Là encore rapprochez-vous de nous pour savoir, au cas par cas, les règles observées par chacun de ces établissements. En effet, les agents des pompes funèbres sont les seuls personnels externes à travailler librement dans les crématoriums, les chambres funéraires et les cimetières et, évidemment, à organiser les obsèques.

url https://www.reposeo.com/wp-content/uploads/2020/03/Copie-de-iStock-1173005119.jpg

Quelles solutions apporter aux familles par les pompes funèbres pour les décès Coronavirus / Covid 19?

L’équipe des pompes funèbres REPOSEO a pleinement conscience de la difficulté d’une telle situation : comment faire son deuil, si l’on ne peut pas assister à la cérémonie d’un proche disparu, ni même le voir ? comment pourraient évoluer les instructions gouvernementales en matière d’obsèques ? Et les politiques internes des crématoriums ?

Tout d’abord, il est primordial de rappeler qu’en l’absence du corps du défunt, des gestes personnels immédiats sont possibles, chez vous, dans votre intimité familiale, gestes que peut évoquer le conseiller funéraire avec vous. Il peut s’agir de la rédaction d’une lettre, de l’exposition d’une photo chez soi, accompagnée d’une bougie… Un texte peut être lu à cette occasion, des souvenirs personnels évoqués, un hommage rendu ou encore des prières prononcées, pour les personnes croyantes.

REPOSEO organise également des  » cérémonies à distance ». Les personnels de pompes funèbres ayant accès aux crématoriums, chambres funéraires et aux cimetières, une « cérémonie à distance » peut être organisée, en l’absence des familles.
Par exemple, au cimetière la cérémonie se déroule normalement avec des textes et musiques choisis par la famille et lus par le Maître de Cérémonie en présence du cercueil fermé, ensuite le cercueil est descendu dans le tombeau. En parallèle, la cérémonie est filmée en direct et retransmise à tous ceux qui le souhaitent, à distance.

Nous pouvons également organiser une telle cérémonie dans un crématorium, sous réserve de son accord.

Lorsque la famille est prête à attendre, les cérémonies peuvent être organisées ultérieurement, après la période de confinement actuel. Par exemple, Dans le cas des cultes catholique, protestant ou orthodoxe, une bénédiction ou une messe pourra être prévue, en présence d’un simple cercueil et d’un cierge allumé. Pour les cultes musulmans et juifs, une cérémonie directement au cimetière pourra également être planifiée, dès à présent. Les lieux de culte et les crématoriums pratiquent ce type d’hommage, pour des cérémonies anniversaires, notamment.

Ensuite, une des missions essentielles de votre conseiller de pompes funèbres est de se tenir au courant au jour le jour des instructions des ministères concernés et d’appeler les hôpitaux et les crématoriums pour savoir heure par heure comment évoluent leurs politiques internes.

En conclusion…

Il est important de garder à l’esprit que les contraintes actuelles qui pèsent sur les familles, n’ont d’autre but que la sécurité sanitaire de chacun. Cette crise à laquelle nous faisons tous face exige de la discipline, afin de garantir à tous une protection exemplaire.

Le conseiller de pompes funèbres que vous aurez choisi pour vous guider dans le cas d’un décès Coronavirus / Covid 19, devra faire preuve d’empathie à votre égard. Une grande patience sera nécessaire pour tous, et nous devrons tous faire appel à notre solidarité, que l’on soit proche endeuillé ou opérateur funéraire.

Avis du Haut Conseil à la Santé du 24 mars 2020 : ICI